La Grève à Duret, inventaire du patrimoine

greve-duret

Le port de la Grève à Duret est installé sur la rive droite du chenal de la Guillate ou de l'Aiguillate, à 3 kilomètres en amont du port de La Tremblade. Ce port, débouché maritime du port d'Arvert, est aussi appelé de la Jument.
Le lieu-dit « La Jument » est situé en amont de la Grève à Duret sur le même chenal, mais les pétitions et les rapports des Ponts et Chaussées du 19ème siècle emploient indifféremment les deux appellations pour le lieu-dit aujourd'hui nommé « Grève à Duret ».

Au 17ème siècle, le port abrite quelques navires de 100 à 150 tonneaux qui pêchent sur le grand banc de Terre-Neuve. Il possède alors deux calescale
Partie d'un quai en pente douce, prévue pour le chargement, le déchargement, le halage des bateaux
de constructions et plusieurs magasins. Mais dès le début du 19ème siècle, le port est ruiné. Le chenal est redressé en 1836. Puis en 1850, « grâce au merveilleux développement de la pêche des huîtres », le port de la Grève à Duret bénéficie de certains aménagements. Une cale en maçonnerie, munie de bornes d'amarrage, et un appontement en charpente sont bâtis ; la rive droite est réhaussée.
La Grève à Duret est classé comme port dans la seconde moitié des années 1860. De nombreux travaux d'amélioration ont lieu à la fin du siècle, une levée avec une chaussée empierrée est établie sur la rive droite. Aujourd'hui, le petit port de la Grève à duret conserve son activité ostréicole.


Cale

Arvert