Logis

Saint-Sulpice-de-Royan

Type : Architecture. Adresse : Boissirand. Implantation : En écart, isolé. Siécle : 18ème, deuxiéme quart. Datation : Par source. Statut : Privé. Appellation usuelle : Logis de Boissirand. Parties constituantes : Totalité. Historique : Siège d'un domaine roturier qui a changé de mains à de nombreuses occasions depuis le milieu du 17ème, le logis de Boissirand est un corps de bâtiments bas situé entre cour et jardin, renfermant quatre pièces en enfilade organisées à partir d'une entrée axiale, auquel a été ajouté dans l'angle Sud-Est un pavillon à étages recouvert d'ardoises ; on a tendance à attribuer la construction de ce logis à Samuel Robert, second du nom : c'est en réalité à André Bréjon, sieur de Grand Champ, acquéreur de ce domaine en 1741qu'il faut attribuer la reconstruction de ce logis qui fut habité jusqu'à sa mort par Samuel Robert en 1740 ; le logis était alors sur le point de tomber en ruines. Par ses proportions harmonieuses et son architecture sobre, cette demeure est caractéristique des maisons de plaisance que les bourgeois saintongeais aimaient se faire construire à la campagne. Murs : Calcaire ; moellons ; enduit. Toit : Ardoise (pavillon) ; tuile canal (reste de l'édifice). Etages : Un (pavillon).